Rio de Janeiro – O jeito carioca

Scroll down for the English version

Francisca Mattéoli : Rio de Janeiro - O jeito carioca

Je ne pouvais parler de Rio sans parler du « jeito carioca », cette manière typiquement carioca de se comporter et de profiter de la vie malgré les problèmes, avec une énergie et même une philosophie qui n’existe qu’ici. Ce « jeito » (ou jeitinho – petit jeito) si positif, me réchauffe le cœur à chaque fois que je suis à Rio (peut-être une leçon de vie pour tous finalement ?). C’est même un grand réconfort de retrouver cette vision optimiste de la vie. Alors en cadeau, voici quelques uns de mes endroits favoris pour attraper un peu de cette âme carioca : il y a le fantastique Copacabana Palace (un de mes hôtels préférés au monde) où le service est un art et la gentillesse une qualité naturelle. Bibi Sucos, où vous trouvez des jus de fruits frais divins de mille sortes. Le restaurant Irajá à Botafogo avec son équipe formidable. Les plages magiques, où les gens vous sourient sans vous connaître. A ce sujet, on me pose souvent des questions sur la sécurité à Rio et au Brésil. Je réponds toujours que Rio est un microcosme où tout se mélange, la ville, la jungle, le vieux, le jeune, les riches et les pauvres, surtout sur la plage, et que le bon sens est le meilleur moyen d’éviter les problèmes. Si vous ne portez pas une Rolex dans la rue (même une fausse – les gens ne font pas la différence), et ne sortez pas une liasse pour payer une cerveja, il y a peu de chances qu’il vous arrive quoi que ce soit. La meilleure façon de vivre à Rio est en maillot de bain, avec quelques reals pour boire un verre chez bibi sucos ! En ce qui me concerne, je viens à Rio depuis presque trente ans et il ne m’est jamais rien arrivé. Je terminerai ce moment typiquement carioca en remerciant Claudio Alonso (un ami depuis plus de vingt ans) pour sa joie de vivre et ses bonnes adresses – et aussi tous ceux qui répandent allègrement ce fabuleux jeito carioca.

Francisca Mattéoli : Rio de Janeiro - O jeito carioca

Francisca Mattéoli : Rio de Janeiro - O jeito carioca

Francisca Mattéoli : Rio de Janeiro - O jeito carioca

Francisca Mattéoli : Rio de Janeiro - O jeito carioca

Francisca Mattéoli : Rio de Janeiro - O jeito carioca

I couldn’t talk about Rio without mentioning « o jeito carioca », that typically carioca way of positive thinking, of enjoying life despite all the problems, with an energy and even a philosophy that only exists here. This « jeito » (or jeitinho – Little jeito) spirit is so positive, that it warms the cockles of my heart whenever I’m in Rio (a life lesson for all of us maybe?). And I would go so far as to say that it’s really comforting to find such a positive outlook on life. So, as a little extra for you, here are some of my favorite places in Rio where you can capture the true carioca jeito: There is the fantastic Copacabana Palace (one of my favorite hotels in the world), where service is an art and kindness a natural quality. Bibi Sucos, where you will find a thousand varieties of amazing fresh fruit juices. The restaurant Irajá in Botafogo with its fantastic team. The magical beaches where people smile at you without knowing you. And while on the subject of people you don’t know, it so happens that I am often asked about security in Rio, and in Brazil in general. I always reply that Rio is a microcosm where everything and everybody intermingle: The jungle, the city, the old, the new, the rich, the poor, especially on the beach. And that common sense is the best way to avoid problems. Il you don’t wear a Rolex in the street (even a fake as people won’t know the difference) and don’t show a wad of cash when paying for a cerveja, there is little chance of anything happening to you. The best way to live in Rio is to wear a swimsuit, with a few reals in your pocket or your beach bag to buy drinks at Bibi Sucos! I’ve been coming here for nearly 30 years and nothing has ever happened to me. I will end this typically carioca moment with a big thank you to Claudio Alonso (a friend for over 20 years) for his « joie de vivre » and adresses – and to all those who cheerfully spread that fabulous jeito carioca.

Publié dans Adventure, For English speakers, Hotels, Life, Lifestyle, Travel | Marqué avec , | Commentaires fermés

Brésil – De retour de Rio

Scroll down for the English version

rio-francisca-matteoli-01

J’ai une surprise aujourd’hui pour vous ! Je rentre de Rio, où j’étais invitée à voir la collection croisière de Louis Vuitton, un voyage mémorable non seulement parce que la présentation, et tout ce qui a accompagné ce moment, était incroyable, mais aussi parce qu’il m’a donné l’occasion de retrouver Rio, ville où j’ai vécu et qui tient une place unique dans mon cœur.
La présentation avait lieu au musée d’art contemporain de Niteroi dessiné par Oscar Niemeyer (situé dans le quartier de Boa Viagem – « Bon voyage » – un signe…), et je n’exagère pas en disant que le moment a été extraordinaire. Surréaliste même. J’ai toujours pensé que les voyages valent pour l’expérience de vie qu’ils procurent, et celle-ci, dans ce cadre ultra moderne et pourtant si poétique, avec ce toit comme une soucoupe volante et la vue fabuleuse sur Rio, en était certainement une. Le musée présente une collection permanente, alors si vous êtes à Rio et aimez l’art contemporain, n’hésitez pas à y aller. Après la présentation nous avons filé au Parque Lage, dans le Jardim Botanico (l’un des jardins botaniques que je préfère au monde) pour dîner (avec beaucoup de caipirinhas et même des danseuses de samba) et le lendemain, nous étions invités à déjeuner à Santa Teresa, un quartier un peu comme Le Marais à Paris ou Notting Hill à Londres, dont déjà parlé dans ce blog. J’ai profité de chaque seconde. Rio est une ville complexe quand vous ne la connaissez pas, alors si vous y avez des amis, surtout allez-y. Je vous défie de ne pas ne pas tomber amoureux de l’endroit et de l’incroyable esprit carioca. La dernière fois que j’y étais, j’ai vu que la maison où j’habitais à Leblon n’existait plus malheureusement, mais c’est un risque qu’il faut accepter quand on revient dans des endroits qu’on a aimé. Pendant ce voyage-ci, j’ai retrouvé le Leblon et le Rio que j’adore, l’énergie, le mélange insensé de gens, les sourires précieux, l’authenticité… Tout ce qui me donne envie de revenir dès que l’avion décolle. Voici des images de ce voyage, que je poste avec beaucoup de saudade et de tendresse pour tous mes amis brésiliens. Même si mon dernier livre n’a pas été publié en portugais… Pas encore !

Brésil – De retour de Rio Brésil – De retour de Rio Brésil – De retour de Rio Brésil – De retour de Rio

Brazil – Back from Rio

I’ve got a surprise for you today! I’ve just returned from Rio, where I was invited to the presentation of Louis Vuitton’s Cruise Collection. A memorable trip, not just because the presentation and all that went with it was outstanding, but also because it gave me a chance to to back to Rio, a city where I once lived and that has a special place in my heart.
The presentation took place in the incredible Niteroi Contemporary Art Museum designed by Oscar Niemeyer in the Mirante de Boa Viagem – the « Bon voyage » viewpoint. A sign… and I’m not exaggerating when I say that it was quite an extraordinary moment. Surrealistic even. I’ve always thought that travel is worth it for the life experience it provides and this visit to such an ultra modern setting, yet so poetic with a roof that looks like a flying saucer and a breathtaking view OF Rio, was definitely a striking example of this. The museum has a permanent collection; so if you happen to be in Rio and like contemporary art, do pop in. After the presentation we took off to Parque Lage in the Jardim Botanico (one of my favorite botanical gardens in the world) for dinner (with lots of caipirinhas and even samba dancers) and the next day we were invited to have lunch in Santa Teresa, a district that is a bit like the Marais in Paris or Notting Hill in London, and somewhere I talked about in this blog after my last visit to Rio. I enjoyed every minute. Rio is a complex city when you don’t know it, so if you have friends there, do go and visit them. I defy you not to fall in love with the place and the fabulous “carioca” spirit. During my last trip to Rio, I found out that the house where I used to live in Leblon was unfortunately no longer there, but that’s a risk one has to accept when returning to much-loved places. However, during this trip, I once again rediscovered Leblon and the Rio I love, the energy, the mix of people, the priceless smiles and authenticity, all the things that make me want to return as soon as the plane takes off. Here are some pictures of this trip that I’m including with lots of “saudade” and affection for all my Brazilian friends. Even if my latest book has not been published in Portuguese… yet!

Publié dans Adventure, Arts, For English speakers, Life, Lifestyle, News, Travel | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Map Stories autour du monde

Scroll down for the English version

Voici les couvertures de Map stories pour les traductions étrangères – anglaise, suédoise et allemande. Je les aime toutes. Vous avez vu comme toutes ont gardé la teinte bleue et le côté aventure de la couverture d’origine ? Sûrement parce que c’est vraiment ce que ce livre raconte au fond. Inutile de dire que je suis plus qu’heureuse de savoir qu’il va être publié dans de nouveaux pays (l’hiver prochain) et toucher encore d’autres lecteurs.
Quand vous écrivez un livre, ça commence par un projet qui n’existe que dans votre tête, que vous proposez à un éditeur sans savoir comment les choses vont fonctionner, alors lorsque votre idée prend forme et enthousiasme d’autres gens que vous (surtout dans différents pays du monde), c’est vraiment un petit miracle – et très excitant. Maintenant, j’ai hâte de rencontrer mes éditeurs étrangers et discuter avec eux de l’avenir de Map Stories. L’éditeur suédois, Bonnier Fakta, basé à Stockholm (une ville que j’adore, où je vous conseille vraiment de passer un moment) m’a envoyé un email très sympathique, et flatteur. Je suis impatiente de le rencontrer alors si vous avez l’occasion d’aller là-bas ou y avez des amis, notez que j’y serai sûrement à la fin de l’année (tout sera sur Facebook) – idem pour les autres lieux de lancement dont je vous parlerai au fur et à mesure.
La version allemande sera publiée par Prestel, l’anglaise par Octopus/Ilex Press, et l’espagnole par Blume. N’hésitez pas à passer le mot à vos amis étrangers, ce sera un plaisir de les rencontrer. Voilà pour le moment. A très vite pour d’autres nouvelles, il ne me reste plus qu’à me mettre au suédois et à l’allemand…

Map Stories around the world

Map Stories around the world

Here are the covers for the English, Swedish and German translations of Map Stories. I love them all. As you can see, they have all kept the color blue and the adventurous side of the original. Probably because this is what Map Stories is all about at the end of the day. Needless to say, I am overjoyed at the news that Map Stories will be published in other countries this winter and reach an even larger audience. When you write a book, you start with a project that only exists in your head. You then suggest it to a publisher without knowing how things might work out. So when your idea takes shape and other people (apart from yourself) are enthusiastic (especially those in different countries around the world), it’s like a mini miracle – and very exciting. So I can’t wait to meet my publishers and discuss the future of Map Stories with them. The Swedish publisher, Bonnier Fakta, is in Stockholm (a city I love and strongly recommend a visit) sent me a lovely (and flattering) email. I can’t wait to meet him, so if you are going to Stockholm or if you have friends there, don’t forget that I will definitely be going there at the end of the year (all details will be posted on Facebook) – the same applies to the other book launches but I will keep you updated regularly.
Prestel is publishing Map Stories in German, Octopus/Ilex Press in English and Blume in Spanish. So please don’t hesitate to let your friends there know as it will be a real pleasure to meet them. That’s all for the time being, but I’ll be posting more news very soon – in the meantime, I just need to learn some Swedish and German.

Publié dans For English speakers, Library, News | Marqué avec | Commentaires fermés

Angleterre – Trois jours à Cliveden

Scroll down for the English version

Vous vous souvenez peut-être d’un post sur ce blog il y a quelques année racontant notre road trip en Angleterre, quand notre Alfa Romeo ancienne est tombée en panne et que bien sûr nous n’avions rien pour la réparer. Eh bien nous voici de retour, sans carte, sans GPS, sans Alfa Romeo, seulement pour le plaisir de profiter du printemps, de l’endroit magnifique, et de la lumière.

Francisca Mattéoli: England – Three days at Cliveden

Cliveden House est l’un des mes hôtels européens préférés sûrement parce que j’ai des attaches de ce côté de la Manche et que j’aime les lieux où l’histoire se mêle à la nature.
Ma mère m’a raconté qu’elle y venait quand elle était débutante à Londres, et maintenant, j’y vois à chaque fois une jeune fille de dix sept ou dix huit ans, arrivant devant ces portes pour une soirée avec ses amis, sans se douter qu’elle est sur le point de partir vivre une toute autre existence, et au Chili.
Ce que je trouve le plus incroyable ici, est que les paysages paraissent ne pas avoir changés depuis Constable ou Turner. Quand vous naviguez sur la Tamise, sur l’un des magnifiques bateaux en bois fabriqués par la famille Freebody – leur atelier est tout près – ou marchez dans le parc autour de l’hôtel, c’est comme sauter dans un tableau avec Mary Poppins. Les teintes de l’eau, du ciel, les reflets du soleil sur les arbres, chaque instant révèle une différente atmosphère. Même pour aller à la piscine, on doit pousser une petite porte en bois et c’est comme être dans un nouvel univers. Ici, j’aime surtout prendre mon temps, lire, rêvasser (une activité sous estimée !) et Bertrand et moi adorons les pubs, pour déjeuner ou diner. A déjeuner, vous pouvez être sûr de nous trouver à The Olde Bell, le pub du village, le plus ancien pub-hôtel anglais en activité, ouvert en 1135. Tout me plait, l’ambiance, la nourriture, le décor – on ne trouve pas plus typique. J’aime aussi que Cliveden soit ouvert au public pendant la journée (le site fait partie du National Trust) – Tellement d’hôtels historiques ont l’air de vieux musées vides et tristes. Ici, vous n’avez jamais l’impression d’être dans un hôtel sans doute parce que c’était une propriété privée. Vous vous sentez plutôt comme chez un vieil oncle anglais qui vous aurait ouvert sa maison… et sa cave. D’ailleurs, Bertrand et moi passons nos soirées dans la salle de billard à disputer des parties féroces (que je perds généralement,) avec un bon brandy…

Francisca Mattéoli: England – Three days at Cliveden

Francisca Mattéoli: England – Three days at Cliveden

Francisca Mattéoli: England – Three days at Cliveden

England – Three days at Cliveden

You may recall a post on this blog a few years ago about our trip to England, when our vintage Alfa Romeo broke down and, of course, we had nothing to repair it with. Well, we went back again, but this time without maps, without a GPS and without the Alfa Romeo. Just for the pleasure of enjoying the spring, this magnificent place, and the light.

Cliveden House is one of my favorite European hotels, unquestionably because I have ties on this side of the Channel and also because l like places where history mingles with nature. My mother told me that she used to come here when she was a « deb » in London and so now whenever I come here, l can imagine a young girl of seventeen or eighteen arriving at these doors to spend an evening with friends, quite unaware of the fact that she was about to live quite a different life, in Chile.
One of the things that I find incredible here is that the English countryside has changed so little since Constable and Turner. Sailing on the Thames aboard one of the magnificent wooden boats built by the Freebody Family – their boatyard is nearby – or walking in the gardens around the hotel, feels like having jumped into a painting with Mary Poppins. The colours of the water, of the sky, the sun’s reflection on the trees – each moment revealing a different atmosphere. Even when you go to the pool, you have to open a little wooden gate and it feels like being in another world. Most of all, l like to take my time, to read, to daydream – a hugely underrated activity! – and Bertrand and myself are huge fans of English pubs for lunch or supper. At lunch-time you will most certainly find us at the village pub, The Olde Bell – the oldest English pub-hotel still open since 1135. I love everything about this place, the atmosphere, the food, the decor – difficult to find anything more typical. I also like the fact that Cliveden is open to the public during the day (it belongs to the National Trust). So many historic hotels are like old museums, empty and sad. Here you never feel like being in a hotel, probably because it was privately owned. It feels more like being in the house of an elderly English uncle who has opened his house and… his cellar. This may be why Bertrand and I finish our evenings playing a game of snooker (that I usually lose) with a good brandy…

Publié dans For English speakers, Hotels, Lifestyle, Travel | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Paris – Dans mon jardin

Scroll down for the English version

J’aime les grands espaces, et peut-être est-ce pour ça que je suis aussi une grande admiratrice des mini-jardins dans les villes. Je suis fascinée par la poésie incroyable des balcons à Londres, même les plus minuscules, et je trouve fantastique la façon dont certains jardins ont inspiré des écrivains, comme le jardin d’Alice aux pays des Merveilles à Oxford où les personnages de Lewis Carroll prennent vie. Ma mère (en typique britannique) a un balcon magnifique, et quand je vivais Quai des Grands Augustins, il y a quelques années, j’avais réussi à faire un véritable oasis sur ma terrasse. Mais ma chance a tourné depuis parce que je n’ai jamais réussi à faire quoi que ce soit sur mes balcons dans le Marais. J’ai acheté des buis qui sont devenus marrons et durs jusqu’aux feuilles après seulement trois jours. J’ai tué plusieurs ifs en moins d’une semaine. Les autres essais ont tous été aussi dramatiques… jusqu’au mois dernier. J’étais quai de la Mégisserie, et j’ai vu la vitrine d’un pépiniériste (Casa Nova) marquée « agencement de terrasses ». Comme les jardiniers qui s’intéressent aux petits espaces sont rares (très rares) à Paris, je suis entrée. J’ai expliqué mon problème à Cristina, la propriétaire, qui était en train d’arranger ses plantes. Elle m’a demandé l’exposition de mes balcons, quel genre de pot ou de bac je voulais (c’était comme une premier rendez-vous chez le médecin !) et m’a rapporté exactement le bac que j’avais décrit, plusieurs plantes, a essayé le tout ensemble, et voilà. En dix minutes, c’était réglé (et magnifiquement) – comme quoi il vaut mieux faire appel à un expert, surtout quand il vient d’Italie comme Cristina et sait ce que « planter un jardin » veut dire. J’ai passé mon dimanche dans la terre jusqu’aux coudes, j’ai adoré, et je n’ai pas pensé à mon travail une seule seconde – une vraie thérapie. Et maintenant ? Eh bien tout le monde va très bien merci. Et voici le résultat :

Francisca Matteoli : Paris – Dans mon jardin

Francisca Matteoli : Paris – Dans mon jardin

Francisca Matteoli : Paris – Dans mon jardin

Francisca Matteoli : Paris – Dans mon jardin

Paris – In my Garden

I love wide-open spaces and maybe that is why I am also a great fan of mini-gardens in towns and cities. I am fascinated by the incredible poetry of London balconies, even the teeny-weeny ones, and I think it’s fantastic how some town gardens have inspired writers, like the Alice in Wonderland gardens in Oxford, where Lewis Carroll’s characters come alive.My mother (in true British style) has a magnificent balcony and when I lived on Quai des Grands Augustins some years ago, I was able to create a real oasis on my terrace. But my luck ran out after that because I never succeeded in doing anything whatsoever on my balconies in the Marais. I tried box but it went hard and brown up to the leaves after three days. I killed several yews in less than a week. All others attempts have been equally dramatic… until last month that is. Walking along the Quai de la Mégisserie I saw a sign at the window of a Nursery (Casa Nova) saying « Terrace Design ». Gardeners interested in small spaces being rather rare (very rare) in Paris, I went in. I explained my problem to the owner, Cristina, who was busy arranging her plants. She asked me about the exposure of the balconies, what kind of container I wanted (it was like going to see a doctor for the first time!), and then she fetched exactly the container I had described, together with different plants, tried out a few ideas, and bingo! My problem was solved in ten minutes (and beautifully) – which just goes to show that it’s always a good idea to ask a specialist, particularly someone like Cristina, who comes from Italy and knows what « planting a garden » means. I spent the whole of Sunday up to my elbows in soil, had a blast, and didn’t think about my work for even one second – A real therapy. And now what? Well, everyone is doing very well thank you. And here is the result.

Publié dans For English speakers, Life, Lifestyle | Marqué avec , | Commentaires fermés