Los Angeles – The Beverly Hills Hotel… and Bungalows

Scroll down for the English version

Le Beverly Hills Hotel est mon hôtel préféré à Los Angeles depuis des années. Je ne pense pas qu’il existe un autre endroit au monde où la nature soit aussi extraordinaire, les gens aussi attachants, et l’atmosphère aussi historique et glamour. Beaucoup pensent que Los Angeles est une ville superficielle, mais rien n’est plus faux et le BHH le prouve tous les jours. Je peux passer un an sans revenir, le personnel me reçoit toujours comme si j’avais été là hier. Les serveurs sont tous fantastiques et me saluent comme si je faisais partie de la famille, le coiffeur me parle en espagnol (il est de Costa Rica), et au Polo Lounge on a toujours de grands sourires. Tout le monde a un don naturel pour l’accueil et l’élégance qui n’est jamais forcé. C’est un talent qui je trouve est de plus en plus rare et rend chaque moment vraiment unique. Quand je rentre à Paris, je peux encore voir le soleil californien et respirer l’odeur des fleurs et des arbres incroyables autour des bungalows. Et ces souvenirs me durent toute l’année. L’été dernier, j’ai eu un changement de programme au dernier moment pendant mon voyage, j’ai appelé le formidable attachée de presse Brittany Williams, et elle a arrangé les choses en deux minutes. Je sais que ce post est dithyrambique, mais il y a des gens et des endroits qui méritent tous les éloges. Quand j’écris mes livres, j’essaie toujours de parler des endroits que j’aime alors vous pouvez être sûrs de retrouver le BHH dans mon prochain.

Vous pouvez maintenant me suivre sur Instagram : francisca_matteoli !

francisca-matteoli-Los Angeles - The Beverly Hills Hotel-01

francisca-matteoli-Los Angeles - The Beverly Hills Hotel-02

francisca-matteoli-Los Angeles - The Beverly Hills Hotel-03

Los Angeles – The Beverly Hills Hotel… and Bungalows

My favorite hotel in Los Angeles is The Beverly Hills Hotel and has been for many years now. In fact, I don’t think that there’s anywhere else in the world with such an extraordinary environment, such pleasant staff and such a glamorous and iconic setting. Many people think that Los Angeles is just about Tinseltown, but nothing is further from the truth and the BHH proves this every day. A year may go by between visits, but I am always greeted as if I had only left yesterday. The waiters are all fantastic and so friendly as if I was part of the family, the hairdresser talks to me in Spanish (he’s from Costa Rica), and big smiles always welcome me in the Polo Lounge. Everyone has a natural gift for welcome and elegance that is always genuine and natural. An exceptional talent and increasingly rare, so that every moment is uniquely special. When I get back to Paris, I can still feel the Californian sunshine and smell the incredible flowers and trees around the bungalows. These memories last me all year round. Last summer, I had to change my plans at the last minute, so I called the awesome Press Attaché Brittany Williams and she sorted things out for me in two minutes flat. I know that this is a passionately enthusiastic post, but there are people and places who simply deserve it. I always try to mention places I love when I’m writing a book and so you will definitely read all about the BHH in my next one.

You can now follow me on Instagram: francisca_matteoli !

Publié dans Adventure, For English speakers, Hotels, Lifestyle, Travel | Marqué avec , | Commentaires fermés

USA – Les naufragés du vol 7555 vous saluent

Scroll down for the English version

Je ne trouve pas de mots pour vous décrire cette nuit… Quand on parle d’imprévus du voyage, voici ce que ça veut dire : un groupe de gens qui ne se connaissent pas, ne se sont jamais vus et ne se reverrons sans doute jamais. Des Martinis à la pelle – parce qu’il faut bien passer le temps – une actrice célèbre qui sait mettre de l’ambiance alors que tout le monde s’énerve, et un avion qui a décidé de ne pas décoller entre Boston et Los Angeles. C’était l’été dernier après notre séjour à Martha’s Vineyard. Si j’ai appris une chose pendant cette nuit à Boston – car l’avion n’a décollé que le lendemain – c’est qu’il ne faut jamais perdre son humour quand les choses ne se passent pas comme on veut. Quand vous avez entendu Brenda Vaccaro parler de ses ex-maris et de sa carrière entre deux martinis alors que l’ambiance est à la tuerie, vous savez ce que veux dire « supporter les aléas d’un voyage ». Merci Brenda pour cette petite leçon et Cheers! en souvenirs de cette nuit, pour tous ceux qui étaient là.

Vous pouvez maintenant me suivre sur Instagram : francisca_matteoli !

USA - Les naufragés du vol 7555 vous saluent

USA - Les naufragés du vol 7555 vous saluent

USA - Les naufragés du vol 7555 vous saluent

USA – Greetings from Flight 7555 survivors

I really don’t know where to start to describe this night… But when people talk about travel risks, this is exactly what it means! Take a group of people who don’t know each other, have never met each other before and will probably never meet again; oodles of Martinis – because people have to do something to pass the time; a famous actress with a flair for livening things up when everyone else is completely stressed out; and an aircraft that decided not to fly to Los Angeles from Boston. This actually happened to us last year after our trip to Martha’s Vineyard. And if I only learnt one thing during that night at Boston airport – because the flight only left the next day – it was “never lose your sense of humor” when things don’t go according to plan. If you had heard Brenda Vaccaro tell us about her ex-husbands and her career in between sipping martinis,when ‎everyone only had murder on their minds, you would know the meaning of travel risk management. Thanks to Brenda for this example and, in memory of that night, I lift my glass to everyone who was there: Cheers!

You can now follow me on Instagram: francisca_matteoli !

Publié dans Adventure, For English speakers, Life, Travel | Commentaires fermés

USA, Martha’s Vineyard – Devine qui vient diner ?

Scroll down for the English version

Quand des amis veulent vous faire plaisir, ils choisissent toutes sortes de façons… Janet et René qui nous ont adorablement reçus dans leur maison de Martha’s Vineyard ont choisi the hard way ! Je rigole… En fait, nous avons passé une soirée formidable, sauf que de pauvres bêtes ont été ébouillantées mais je suppose qu’elles se doutaient de leur sort sitôt sorties du port. Nous avons commencé par aller les sélectionner très sérieusement chez Larsen’s, où une charmante jeune fille nous en a attrapé deux particulièrement coriaces. Nous avons fait de notre mieux pour ne pas trop les brutaliser… Elles ont tout de même fini par faire des bulles dans la cocotte de René qui a vraiment géré la situation comme un pro – visiblement, il est habitué. L’apothéose a été quand elles sont arrivées dans nos assiettes, comme vous pouvez le voir, tout ça a présenté un tableau du plus bel effet. Ca m’a fait penser à la fameuse scène de Annie Hall quand Woody Allen et Diane Keaton se bagarrent avec leurs homards. En un peu moins schizophrène peut-être.

Voici quelques addresses à MV pour terminer – Cheers, et Bon appétit !

Larsen’s fish market, West Tisbury farmer’s market, Edgartown Books, Bunch of Grapes bookstore (ravie d’avoir mes livres ici), State Road restaurant (West Tisbury), The Charlotte Inn/Edgartown.

IMG_7208

IMG_7213

USA, Martha’s Vineyard – Guess who’s coming to dinner?

When your friends do something nice for you, they do so in many different ways… Janet and René definitely chose the hard way when they gave us a fantastic welcome to their house in Martha’s Vineyard! Just kidding. The truth is that we had a simply wonderful time – although it did involve putting some poor creatures into boiling water – but I suppose they knew what was in store for them as soon as they left the port. We started by choosing them very carefully in Larsen’s fish market, where a charming young lady picked out two particularly intimidating ones for us. We did our best to avoid ill-treating them… but that didn’t prevent them from ending up in Rene’s pressure cooker blowing bubbles! Rene handled the situation very professionally – obviously something he is used to. The climax was their arrival on our plates – quite an extraordinary sight as you can see. And this reminded me of that legendary lobster dinner scene between Woody Allen and Diane Keaton in Annie Hall. Albeit slightly less schizophrenic perhaps.

A few addresses in Martha’s Vineyard to finish with. So, cheers and enjoy your meal!

Larsen’s fish market, West Tisbury farm market, Edgartown Books, Bunch of Grapes bookstore (so happy to have my books here), State Road restaurant (West Tisbury), The Charlotte inn/Edgartown.

Publié dans Adventure, For English speakers, Hotels, Life, Lifestyle, Travel | Marqué avec , , | Commentaires fermés

USA, Martha’s Vineyard – Quelque chose de différent

Scroll down for the English version

En octobre, j’avais commencé à vous raconter notre voyage aux Etats-Unis l’été dernier… Et bien, voici la suite, avec notre séjour à Martha’s Vineyard (après l’Adirondacks).

Je voulais vraiment vous en parler parce que j’ai appris ici des choses passionnantes qui m’ont fait découvrir l’endroit d’une manière complètement différente, très loin des habituels clichés (île vip, rdv des présidents américains, etc.). Je ne savais pas par exemple que l’endroit était connu, et depuis longtemps, par intelligentsia afro-américaine, et par les afro-américains tout court, car c’était l’un des rares lieux où ils pouvaient devenir propriétaires. En 1912, un ancien esclave, Charles Shearer, a pu y acheter un terrain et y a construit le premier B&B pour gens de couleur. Le sénateur Edward William Brooke, le premier sénateur afro-américain à être élu au suffrage universel (et auquel Barak Obama a souvent rendu hommage), y passait ses étés. Martin Luther King et Malcom X y sont venus. L’écrivain Dorothy West, grande dame de la littérature afro-américaine et figure de la célèbre « Renaissance de Harlem » (le mouvement artistique noir des années 20) y vivait depuis les années 40 – son père était un esclave affranchi de Virginie. Je pourrais citer encore de nombreux noms de gens qui ont aidé à faire connaitre l’endroit non seulement pour sa beauté, ou pour être un lieu de vacances, mais aussi pour la liberté qu’on pouvait y trouver. Tout ça m’a donné très envie d’en apprendre plus, et j’ai commandé le livre de Dorothy West, Le Mariage, racontant tout un pan de l’histoire afro-américaine – livre qu’elle a publié à 88 ans ! Je voulais vraiment vous en parler parce que quand un lieu a une histoire aussi forte, on ne voit plus les choses de la même manière.

USA, Martha’s Vineyard – Quelque chose de différent

USA, Martha’s Vineyard – Quelque chose de différent

USA, Martha’s Vineyard – Quelque chose de différent

USA, Martha’s Vineyard – Quelque chose de différent

USA, Martha’s Vineyard – Something different

Last October I started to tell you about our trip to the States the previous August…well, this is the follow-up, including our trip to Martha’s Vineyard after the Adirondacks.

I really wanted to tell you about this because I learnt so many passionately interesting things that helped me to appreciate the place in a completely different way, far-removed from the usual clichés (VIP island, meeting place for American Presidents, etc). Because what I didn’t know was that the African-American intelligentsia – and in fact all African-Americans – have known about this place for quite a long time, as it was one of the rare places where they could own property. In 1912, a former slave, Charles Shearer, was able to buy some land and open the first African-American Bed & Breakfast here. The first African-American Senator, Edward William Brooke – who was elected by universal suffrage (Barak Obama often pays tribute to him) – spent most of his summers there. Martin Luther King and Malcolm X also went there. The writer, Dorothy West, patroness of African-American literature and figurehead of the famous Harlem Renaissance (the New Negro Cultural Movement of the Twenties) lived there from the 1940’s – her father was a former slave from Virginia. I could give you endless lists of people who helped put this place on the map, not just because of its beauty or as somewhere to go on vacation, but also because of the inherent freedom to be found there. This inspired me to find out more and so I got hold of Dorothy West’s book, The Wedding, in which she tells the story of a large chunk of African-American history – a book she published at the age of 88! I just had to let you know about this because, when a place is steeped in so much history, you no longer see things in the same way.

Publié dans Adventure, For English speakers, Life, Lifestyle, Photography, Travel | Commentaires fermés

The world – Instagram

Scroll down for the English version

Je suis maintenant sur instagram. Enfin, vont dire certains ! J’ai hésité parce que je pensais « que va faire quelqu’un qui aime les mots sur un truc où il n’est question que d’images ? », et puis j’ai réalisé que le plus important c’était le contact avec les autres. Et aussi, j’ai un million d’images magnifiques que je n’ai pas l’occasion de poster sur ce blog et que je voulais partager avec vous. Alors voilà, c’est fait. Vous pouvez maintenant vous abonner, voir d’autres photos et lire d’autres histoires ici : www.instagram.com/francisca_matteoli

Cela me rappelle une petite aventure qui m’est arrivée récemment. Je rentrais de Rio, et dans l’avion, j’ai voulu échanger des coordonnées avec deux personnes. Elles ont noté mon nom etc. à toute vitesse sur leur telephones, et quand elles ont voulu me donner leurs informations, j’ai sorti mon vieux carnet (Smythson, tout de même) et un stylo… Elles m’ont regardées d’un air ahuri et l’une des deux a dit « Oh, tellement old fashioned ». Eh oui, complètement old fashioned, et si vous voulez savoir, j’adore mon carnet. J’y retrouve toujours tout, je peux laisser des notes à qui j’ai envie, quand j’ai envie, je ne mets pas deux secondes pour trouver des choses qui m’intéressent, et je peux y ECRIRE. Tout ça pour vous dire que je suis sur Instagram mais que je reste une old fashioned girl. A très vite !

Francisca Mattéoli Instagram

The world – Instagram

I am now on Instagram. At last, some might say! But I hesitated because I thought « what would someone who loves words do on something that is all about pictures? ». Then I realized that the most important thing was the contact with others. Added to which, I have a million beautiful pictures that I have not yet had the opportunity of including on this blog but that I wanted to share with you. I have now done just that! So just click on the following link to subscribe, see more photos and read more stories: www.instagram.com/francisca_matteoli

This reminds me of something that happened recently. On the return flight from Rio, I wanted to exchange contact details with two women. Both very rapidly put my name etc. into their telephones, but when they wanted to give me their contact details, I took out my good old notebook (albeit a Smythson, not just any old notebook) and a pen. They both looked at me in amazement and one of them said « Oh, how very old-fashioned ». And indeed, I am very old-fashioned and if you really want to know – I love my notebook. I can always find everything in there, I can choose who to send a note to when I want to, it doesn’t take me even two seconds to find things I am interested in and I can WRITE in it. So this is just to let you know that although I am on Instagram, I remain a very old-fashioned girl. More coming soon!

Publié dans For English speakers, Life, News | Marqué avec , | Commentaires fermés