Le Monde – Merci & Exciting news

Post très rapide… pour dire merci.

Merci beaucoup Mag3 Magazine, Sabrina Boussouar et Sandy Daboudet for featuring « My Paris », Le Marais and more, in the latest issue (portrait Julio Piatti). Lire l’interview.
Merci à Marilane Borges qui a écrit un magnifique article sur mon livre pour le magazine Brésilien « Correspondance ».
Et merci Daniel Morin pour la formidable interview que j’ai faite sur France inter. Vous pouvez l’écouter sur Google Vidéos (Francisca Mattéoli-France Inter).

Je travaille sur un nouveau projet en ce moment, alors attendez-vous à des disparitions et des réapparitions, avec des informations entre les deux…

Very quick blog post… to say thank you.

Thank you Mag3 Magazine, Sabrina Boussouar and Sandy Daboudet for featuring « My Paris », Le Marais and more, in the latest issue (portrait by Julio Piatti). Read the full interview.
Thank you to Marilane Borges who wrote a beautiful article about my book for the Brazilian magazine « Correspondance ».
And thank you Daniel Morin for the wonderful radio interview on France Inter. You can listen to it on Google video (Francisca Matteoli-France Inter).

I’m working on a new project right now, so I’ll be disappearing and reappearing with intermittent news updates…

Publié dans For English speakers, News | Marqué avec , , , | Commentaires fermés sur Le Monde – Merci & Exciting news

Paris – Hier, aujourd’hui, demain

Scroll down for the English version

L’autre jour, je suis passée devant l’hôtel du Louvre où j’ai vécu en arrivant à Paris avec ma famille et j’ai vu qu’il était en train d’être rénové. Ah… Je suis sûre que le nouvel hôtel sera très beau (je l’espère, en tout cas) mais j’ai soudain pensé au fait que mes souvenirs auront disparu et que cet endroit ne sera plus jamais comme je l’ai connu. Cela m’a aussi fait penser à tout ce qui change dans la vie, se transforme ou disparait tout simplement – et comme les voyages nous aident à supporter ça. Quand je vais à New-York, par exemple, que je vois qu’FAO Schwarz n’existe plus, qu’un restaurant que j’aimais est devenu une boutique, j’arrive à accepter ces changements parce que l’esprit de la ville est toujours là. Et je me dis que c’est finalement le plus important.

C’est pareil pour Paris. La rue de Rivoli où je me promenais avec ma grand-mère est presque la même, l’hôtel Brighton, où elle a aussi habité a été « rafraîchi » mais est toujours là, Angelina où nous allions prendre le thé, aussi. Et évidement, le musée du Louvre et le Jardin des Tuileries. Comme à New-York, c’est cet « esprit » parisien que j’aime, plus que ce que je peux voir. Comme j’aime l’esprit Sud-Américain, l’esprit Ecossais, l’esprit Carioca. La vie et le monde changent, mais on garde en soi l’âme des lieux qui nous ont donné de beaux souvenirs.
Vous allez me dire que ce post est très nostalgique, mais j’avais envie de partager ça avec vous, parce que nous avons tous des moments où nous regrettons ce que nous avons connu. En écrivant cette petite note, je pense au Musée de l’Orangerie, au restaurant Robert et Louise (rue Vieille du Temple), à rue Elzevir dans le Marais, au Train Bleu, à des librairies comme Galignani, et à mes amis parisiens qui eux, ne changent pas !

Je signale au passage que mon blog est rempli d’histoires sur Paris, qu’il y a une très belle vidéo sur mon livre sur Vimeo (rien à voir avec le sujet), que vous pouvez toujours (je sais, je me répète) vous inscrire sur la page Facebook de notre association Chirurgie Plus, et qu’un des grands plaisirs de mon métier est de rencontrer des gens (lecteurs, éditeurs, journalistes, amis) qui sont toujours enthousiastes de me parler des pays où je vais et où ils vivent. Je vous remercie tous et vous souhaite une belle journée.

Paris – Yesterday, today, tomorrow

🇬🇧 As I was walking past the Louvre Hotel the other day (the place where my family and I lived when we first arrived in Paris), I saw that it was being renovated. Ah… I am sure that the new hotel will be very attractive (I hope so, anyway), but I suddenly thought about the fact that all my memories would disappear and that this hotel would no longer be the place I once knew.This also made me think of all the things in life that change, are transformed or simply disappear – and how travel helps to make this bearable. However, when I go to New York nowadays, although I know that FAO Schwarz is no longer there or that a restaurant I liked is now a shop, yet I can accept these changes because the spirit of the city is still alive. So I think to myself that this is the most important thing at the end of the day.

It’s the same with Paris. For example, rue de Rivoli where I used to walk with my grandmother, is the same. The Brighton Hotel, where my grandmother also lived, is still there, although it has been updated. The same applies to Angelina where we used to go for tea. And of course, the Louvre and the Tuileries gardens. Just like New-York, it is the spirit of Paris that I am so fond of, much more than anything specific that I might be able to see. How I love the spirit of South America, of Scotland, the spirit of Carioca. Life and the world are changing but the soul of places that have given us wonderful memories will always remain with us.
You may think that this post is pretty nostalgic, and this is because I really wanted to share this with you, because we all have moments in our life when we might regret the passing of things we used to know.While writing these words, I’m thinking about the Musée de l’Orangerie, the Robert & Louise restaurant, rue Elzevir, the Marais, the fantastic Train Bleu, bookshops like Galignani as well as my friends who, for me, represent Paris… but who never change!

I should also like to mention, in passing, that my blog is full of stories about Paris, that there is a great video about my book on Vimeo (nothing to do with the subject), that you can sign up (I know, I’m repeating myself) to the Association’s Facebook page and that one of the greatest pleasures in my job is meeting people (readers, editors, journalists, friends) who are always so enthusiastic when telling me something about the countries I’m going to visit and where they themselves live. Thank you everyone for everything and I sincerely wish you a wonderful day.

Publié dans For English speakers, Life, Lifestyle, Places & people | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Paris – Hier, aujourd’hui, demain

The Bahamas – Moments preserved

Scroller pour lire la version française

A few years ago, some very dear friends invited us to visit them in the Bahamas. At the time we were unable to go, so when they (very generously) renewed their offer this year, we said yes. So I would like to give you some advice – if friends invite you to visit them somewhere you’ve never been before, make sure you accept – if you can. Because if we hadn’t accepted the invitation this time, we would maybe never have had another opportunity in our life time to visit the Bahamas, and so would never have discovered such a wonderful location, particularly as, at the end of the day, they are not that well known. In the Bahamas (O what bliss) you are (almost) unreachable. I never went near a mobile phone or a computer throughout the whole week. I never thought about my books and never wrote a word. I was discovering the natural surroundings, the ocean, the waves, quite simply just taking advantage of everything available on the island (Elbow Cay in the Abacos Islands). Something that took up all my time! For those of you who are interested, the Bahamas are where Christopher Columbus first set foot in his discovery of the New World, and they were also the location for most of the James Bond films.

This week reminded me just how much that feeling of being in harmony with all the natural beauty of our planet can be so therapeutic. The Bahamas are a natural cocoon, with protected reserves and islands of sandy beaches barely emerging from the ocean (all sorts of islands – many of which are exceptionally enchanting). The people we met were really proud and happy to live in a part of the world that is not only superb but also infinitely peaceful. We spent our time taking boat trips, looking at the sea turtles and enormous starfish in the translucent water, swimming in the ocean and walking along the beaches. Then dining in the evening at little beach restaurants (see below for details), without ever feeling the need to consult our mobiles for ideas of where to go. And every night I fell asleep immediately after dinner (the marketing of my book is nearly finished so that probably helped also), something that never happens at home.

We stayed in a beach cottage and had magnificent weather all week so we kept our “to do lists” to a strict minimum (no cars, no traffic, no shoes, no stress). We adapted very quickly to the local rhythm, which is a MILLION MILES away from the rest of the year’s rhythm. And this is something that makes me think that human beings are really like plants, capable of being reborn if they are given fresh air, fresh water and sunshine. And also, that we all need to safeguard time in which to take advantage of all the benefits that nature provides – energy and dynamism, to find an island somewhere – of some shape or form – as in that song by Harry Belafonte, to spend quality time with friends. Which is exactly what we did.

Les Bahamas – Moments préservés

Il y a quelques années, de très chers amis nous ont invités à aller les voir aux Bahamas. Nous n’avions pas pu y aller à l’époque, alors cette année, quand ils ont (très généreusement) renouvelé leur offre, nous avons dit oui. Cela m’amène à vous donner un conseil : si des amis vous invitent à aller les voir dans un endroit où vous n’êtes jamais encore allé, acceptez – si vous le pouvez. Si nous n’avions pas répondu oui cette fois-ci, peut-être serions nous passés à côté des Bahamas – un lieu splendide, finalement assez mal connu, où, oh joie, vous êtes (presque) inaccessible. Pendant toute cette semaine, je n’ai pas touché à un portable, ni à un ordinateur. Je n’ai pas pensé à mes livres ni écrit une ligne. J’ai seulement regardé la nature, l’océan, les vagues, profité de l’île où nous nous trouvions (Elbow Cay, dans les Abacos), c’est tout. Et ça m’a m’a prit tout mon temps! Pour ceux que cela intéresse, les Bahamas sont le premier endroit où Christophe Colomb a posé le pied en découvrant le Nouveau Monde, et aussi où ont été tournés la plupart des James Bond…

Cette semaine m’a rappelé à quel point le sentiment d’être connecté à tout ce qui fait la beauté de notre planète, peut-être thérapeutique. Les Bahamas sont un cocon naturel, avec des réserves protégées et des îles de sable émergeant à peine des flots (des îles de toutes sortes – beaucoup d’entre elles, particulièrement charmantes). Les gens que nous avons rencontrés semblaient tous fiers et heureux de vivre dans une partie du monde non seulement superbe mais aussi infiniment paisible. Nous avons passé notre temps à nous promener en bateau, avons vu des tortues de mer dans l’eau translucide et d’énormes étoiles de mer, nagé dans l’océan, marché sur les plages. Le soir, nous avons dîné dans des petits restaurants devant l’océan (les noms sont plus bas), sans avoir besoin de faire des recherches sur nos portables pour savoir où aller. Et je me suis endormie d’un seul coup après chaque dîner (ma promotion de livre est presque terminée-cela a sûrement aidé aussi) ce qui ne m’arrive jamais quand je suis chez moi.

Notre cottage se trouvait juste devant la plage, le temps a été magnifique toute la semaine, et nous avons limité notre emploi du temps au maximum (ici, pas de voitures, pas de trafic, pas de chaussures, pas de stress non plus). Nous avons vite pris le rythme local, TRÈS éloigné de celui que nous suivons pendant l’année, ce qui m’a fait me dire que les humains sont vraiment comme les plantes, capables de renaître si on leur donne de l’air pur, du soleil et de l’eau. Et aussi que nous avons tous besoin de moments préservés pour profiter de la nature, de son énergie et de sa force, de trouver une île – sous quelque forme que ce soit – comme dans la chanson d’Harry Belafonte, et de passer du temps avec de bons amis. Exactement ce que nous avons fait ici.

D’autres idées/More ideas : Hope Town Coffee House, Firefly Bar & Grill, Cracker P’s grill & bar, Hope Town/Bahamas.
You can follow me on Instagram – and read more stories in my last book… Amazon.fr, Amazon.com, Barnes&Noble.

Publié dans For English speakers, Lifestyle, Places & people, Travel | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur The Bahamas – Moments preserved