Chez moi… At home…

Scroll down for the English version

Comme vous l’imaginez, la vie en ce moment est calme. Je travaille un peu sur mon prochain livre – en gardant mes distances avec mon éditeur évidemment –  je lis des vieux livres, regarde des vieux films, retourne à mon travail… J’écoute aussi de la musique. Gaetano Veloso, Giberto Gil, Nat King Cole, Sinatra, Chet Baker. Tout ce qui me met de bonne humeur.

Cette semaine, j’ai revu à la télévision « All About Eve » de Mankiewicz, et « The Apartment » de Billy Wilder. Cela m’a rappelé à quel point les écrivains et scénaristes d’Hollywood des année 50 et 60 étaient formidables. Quelles intrigues, quels dialogues. J’ai vu ces films des dizaines de fois mais je découvre toujours un petit quelque chose de nouveau. Un dialogue limpide, une scène qui sonne parfaitement juste. Quant vous regardez un film comme « Assurance sur la mort » écrit par Raymond Chandler, (dirigé encore par Billy Wilder , cette fois en 1944) vous êtes devant un travail somptueux, celui d’un grand écrivain.

J’ai aussi relu la Dynastie des Forsyte de John Galsworthy. Le roman (trois romans, en fait) date de1922, et encore une fois, quelle histoire moderne, quel style fabuleux. Exactement ce dont nous avons besoin en ce moment. Ce n’est pas le genre de classique qui vous demande un effort pour le lire et que vous vous sentez obligé de terminer même si cela devient barbant. C’est tout simplement captivant. D’ailleurs, son auteur a été le seul parmi des centaines d’écrivains de sagas a obtenir le Prix Nobel de Littérature (1932).

Un des avantages de la période que nous vivons en ce moment est que nous pouvons prendre le temps de faire des choses qui procurent vraiment du plaisir, comme voir un bon film ou livre vraiment un bon livre. En fait, c’est la meilleure chose à faire pour garder le moral. Le travail de qualité apporte toujours une énorme satisfaction, non seulement à celui qui l’a réalisé mais aussi à celui qui en profite. Et il rend l’isolement nettement moins désagréable.

Évidemment, pour un écrivain, ce n’est pas trop pénible de s’isoler. C’est ce que nous faisons toute l’année – physiquement et mentalement. C’est même ce que nous avons toujours voulu et recherché. Je pense surtout aux gens qui ont de tous petits logements, qui travaillent généralement dehors, qui n’ont pas l’habitude de ce genre de situation. Je ne sais pas qui sont exactement les lecteurs de mon blog, mais j’espère que ceux qui ont plus de difficultés pourront s’échapper un moment avec mes histoires et mes voyages. Ce blog est rempli d’histoires pour vous changer les idées.

Maintenant, je vais revoir l’introduction de mon prochain livre, pendant que Bertrand téléphone à ses confrères pour trouver du matériel pour les hôpitaux et contacte les chirurgiens qui doivent venir avec son association – Chirurgie Plus. Nous ne savons pas ce que sera l’avenir mais nous essayons de nous y préparer le mieux possible.
Ensuite, je vais écrire encore un peu. Ou peut-être voir un autre bon film, ou lire un autre bon livre…

As you can imagine,life at the moment is calm. I work a little on my next book . . . keeping my distance from my editor of course, read old books, see old films; go back to work, listen to music, Caetano Veloso, Gilberto Gil, Nat King Cole, Sinatra, Chet Baker, all that can put me in a good mood.

This week l saw Mankiewiez’s « All About Eve » again on the TV and Billy Wilder’s « The Apartment ». They remind me of how really outstanding the writers, scenarists and directors were in the 1950’s and 1960’s. What intrigues: what dialogues. I have seen these films dozens of times yet always discover some little new detail in the faultless dialogues or in a memorable scene. When you watch a movie like Double Indemnity, writen by Raymond Chandler (directed by Billy Wilder again in 1944) you have a superb creation, the work of a great writer.

I also reread The Forsyte Saga by John Galsworthy. The work (three novels in fact ) dates from 1922 and yet, once again, how modern the story and what fabulous style. Exactly what we need right now;This is not a classic that you have to plough your way through feeling that you really should finish it, even though it is becoming dreary. It is unputdownable. And its author was the only one of probably hundreds of saga authors to be awarded the rare accolade of the Nobel Prize in Literature (1932).

One of the advantages of the period we are living through at the moment is that we can take the time to do things that truly give us pleasure, like seeing a very good movie or immersing ourselves in a good book. Actually, it’s the best thing to do to keep the morale up. High quality work always brings enormous satisfaction not only to those who create it but also to those who enjoy it. And it renders the isolation less tedious. Obviously for a writer the isolation is not too painfull, it’s what we do. all year; physically and mentally. It is even what we want and seek . I think more of the people who have small apartments, those who work outdoors; those who cannot adapt to this situation. I do not know exactly who reads my blog but l hope that those who find it most difficult can escape for a time with my stories and my travels. This blog is full of stories to take your mind off things.

Now l am going to re read the preface of my next book while Bertrand contacts his colleagues; seeking equipment for the hospitals and contacting surgeons who should be arriving though his association – Chirurgie Plus. We don’t know what the futur may hold but we try to be as prepared as possible.

Then l shall write some more; or perhaps see another good movie or read another good book…

Ce contenu a été publié dans For English speakers, Life. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.