Paris / Scotland / Paris – Quelques mots… A few words…

Scroll down for the English version

L’année dernière, j’ai surtout travaillé sur mon prochain livre, et après une petite pause d’été, me voici encore devant ma table…
Cet été ? L’Ecosse, d’abord (…et son climat… humidité, pluie, brume, mais ce ne serait pas l’Ecosse sinon, n’est-ce-pas?).  Ensuite, le Portugal (40 degrés, soleil du matin au soir, mais ce ne serait pas le Portugal sinon, n’est-ce-pas ?).

En Ecosse, nous avons passé une semaine sur l’île d’ Eilean Shona. Si vous regardez une carte, c’est entre les îles de Skye et Mull, dans la région de Fort William. Mais comme rien n’est simple quand il s’agit d’une île, il faut faire la route depuis Glasgow en voiture, prendre un ferry (près de Fort William), puis un petit bateau pour arriver sur place… C’est vraiment loin de tout. Le refuge parfait pour un écrivain, ou pour Robinson Crusoé. En fait, Eilean Shona a inspiré « Neverland » à l’écrivain J.M Barrie, l’auteur de Peter Pan, qui louait une maison sur l’île dans les années 20. Ça vous donne une idée de l’endroit.
C’est toujours une grande joie pour moi de retrouver l’Ecosse, le pays de ma mère. A chaque fois, je vois des choses et des paysages qui m’inspirent et que je peux mettre dans mes livres. Il n’y pas beaucoup de pays dans le monde avec une atmosphère aussi forte – offrant, en plus, tous ces fantômes, cette histoire, ces légendes. J’adore ce mélange de calme et de violence très spécial – et très inspirant pour un écrivain. Si vous décidez d’y aller, choisissez plutôt les mois de septembre ou octobre. Les jours sont plus courts, mais les couleurs des paysages sont vraiment fabuleuses, avec des vallées et des montagnes jaunes, brunes, mauves, annonçant l’automne, qui laissent sans voix. Je n’ai pas été étonnée d’apprendre que l’écrivain de livres fantastiques Neil Gaiman voyait l’Ecosse comme un second chez lui. Ce pays est vraiment fait pour le fantastique et le surnaturel.
Edinburgh est une ville qui regorge d’histoires de meurtres et de complots – superbe architecturalement. Glasgow a une force brutale, très rock n’roll. Et le reste du pays est comme une claque, partout où on regarde. Ici, vous êtes obligé d’être en alerte. Cela fait se sentir vivant. Ce n’est pas le genre de pays qui vous laisse roupiller dans un coin, avec de bonnes vieilles pantoufles – sans vouloir offenser ceux qui aiment les bonnes pantoufles. Vous devez rester éveillé, parce qu’il va sûrement se passer quelque chose que vous n’avez jamais vu auparavant, et c’est très excitant.

Concernant le Portugal, il me faudra un blog plus long, alors ce sera pour la prochaine fois… Quand il fera froid dehors et que nous rêverons de soleil et de chaleur.

Voilà pour aujourd’hui. Je retourne à mon travail maintenant. Je dois envoyer des textes à mon éditeur, faire des corrections, aller nager parce que c’est bon pour mon dos. La routine, quoi.

🇬🇧 My main preoccupation last year was to write my new book and after a short summer break; here I am once again at my desk.
This summer? Starting with Scotland (and the weather – humidity, rain, mist – but otherwise it wouldn’t be Scotland would it?). Then Portugal (40 degrees, sunshine from dawn to dusk – but otherwise it wouldn’t be Portugal would it?)

In Scotland we spent a week on the island of Eilean Shona. On the map, it’s between the islands of Skye and Mull in the Fort William area. But as nothing is ever that simple with islands, we had to drive from Glasgow to take a ferry (near Fort William) and then a small boat… Eilean Shona really is far away from everything. The perfect place for a writer or Robinson Crusoe. In fact, Eilean Shona was the inspiration for J.M Barrie’s “Neverland” as the author of Peter Pan used to rent a house on the island in the 1920’s. Just to give you some idea of what it’s like there. I always love returning to Scotland, the country where my mother was born. Every time I discover so many things and landscapes that inspire me, which I can use in my books. There aren’t many countries in the world with such an intense atmosphere – and that also have the ghosts, the history, the legends. I love this very distinctive combination of tranquility and force – so very inspiring for a writer. If you decide to go there, I recommend you choose the months of September or October. The days are shorter, but the colors of the landscape are truly fabulous, with yellow, brown and mauve mountains and valleys that proclaim the advent of Autumn and that will take your breath away. I was therefore not surprised to discover that the fantasy book writer, Neil Gaiman, felt so at home in Scotland. A country that was made for mystery and magic.
Edinburgh is an architecturally superb city – crammed with stories of murder and conspiracy. The brutal energy of Glasgow is very forceful. You will be struck by the wild beauty of the rest of the country – wherever you look. So you need to be on the lookout and this makes you feel very much alive. Scotland doesn’t let you lounge around at home in your slippers – no offense to those who like their slippers. You need to be on the lookout because something that you’ve never seen before is bound to happen and it’s very exciting.

I’ll tell you more about Portugal in my next blog post. When it’s cold outside and we are dreaming of sunshine and warmth.

That’s all for today. It’s time to get back to work – I need to send typescripts to my publisher, do some corrections and then go swimming because it’s good for my back. Daily chores.

Ce contenu a été publié dans For English speakers, Life, Travel, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.